blacks & whites & coloured


 BLACKS & WHITES & COLOURED
17x24cm, impression sur HP indigo, 100 pages
papier fedrigoni vellum, couverture pelliculée mat avec rabats
50 exemplaires numérotés


50 euros + 5,62 colis suivi france
également disponible à la galerie l’ascenseur végétal, 20 rue bouquière à bordeaux

les exemplaires numérotés de 1 à 10 (disponibles en commençant par le 10) sont proposés avec une épreuve originale 17x24 sur papier hahnemuhle bamboo au prix de 100 euros


choisissez votre option







La côte.
Est-ce la fin, ou le commencement du continent africain, là où d’énigmatiques mégalithes et statues bordent les murs de temples engloutis, cités et royaumes bercés de rituels, sacrifices, d’offrandes mirifiques et de barbarie - toujours -, jusqu’au déclin et à la disparition de la civilisation ?

The coast.
Is this the end or the beginning of Africa? Mysterious megaliths and statues stand along the walls of underwater temples, cities, or kingdoms, that include habitual rituals and sacrifices, offerings and cruelties, until the civilization collapses.









Sculpted in the rock, old gods mock the brand new conquistadors brandishing their paltry bouquets of plastic tulips.



D’anciens dieux figés dans la pierre reçoivent, moqueurs, les nouveaux conquistadors brandissant d’ignobles bouquets de tulipes en plastique.



The forest.
Very high in the sky, translucent fingers filter the light like stained glass in cathedrals. Below, green is growing, enlacing the thin branches like lovers in Japan. Everything is connected, united as one. Seminal perfumes, moving shadows, echoes or vibrations of pleasure... your mind falls in love, spiderwebs in your face. And you didn’t notice the ancestors watching you.


La forêt.
Très hauts dans le ciel, des doigts effilés filtrent une lumière comme vitraux en cathédrales. Plus bas, le vert gagne. Branches et troncs s’enlacent de lianes comme certains amoureux au Japon. Tout est relié, uni comme un seul. Aux parfums de l’extase, aux ombres fuyantes, aux ondes invisibles, aucune âme ne résiste. Et personne pour remarquer la présence des ancêtres, leurs yeux braqués sur toi.