écorchés

J'ai recueilli sur les sables sombres et clairs de nouvelle zélande d'improbables figures délivrées des marées nocturnes.

L'homme au verbe somptueux et difficile, poète de la langue d'oc, a accepté le jeu d'une correspondance avec les antipodes. Par voie postale, pièces et caractères ont trouvé place en ces plages de papier. Extraits :



grand ouvert estuaire
jambes de forgeron
se hâtent vers le soc
d'où neigent des enclumes
le fémur file au noir
des palpables marteaux
et les hautes fusions
des cruelles toisons
vont cherchant leur chemin
aux muscles de ciseaux
de la nuit déhanchée
et flambée au feu tors






cette tige de coulis
par l'une cuisse crécelle
l'autre rape et papier verre
double échelle de croulis
pour les vibrants fibromes
et la giclure en griffures
en brisants de frissons frits
que gargarisent dégorge
qu'avale ravale et glupe
de flasque en flasque lippue
de nageoire enfarouchée
une paume poissonneuse






au fort carrefour des phares
qu'écartèlent les groseilles
grappe de cris granulés
le bulbe écarte ses paumes
à deux langues se délecte
en distorsion d'helvelle
égrenant leur ronceraie
vers le soir de laque pourpre
qui très haut bouge et martèle
quand l'ombelle se déflagre
sur la nacre d'un sternum
toutes opales vinaigrées






soudain le phosphore dru
issu des madriporaires
méats d'électrogenèse
et qu'un fluor irradie
tournoyant et pourléché
autoritaire exhaussé
de graviers en déferlantes
flagelle mille paupières
de bruants de troglodytes
mille friselis mammaires
mille aiguilles mille pores
de la plage gémissante






écorchés, 2006

poésies en français de bernard manciet, photographies et mise en scène éric chabrely

(la part des anges édition, 72 pages, 22,5 x 32 cm, quadrichromie sur papier volume de arctic, couverture en bichromie sur munken lynx




 
"Il est un photographe qui se passe la plupart du temps de la présence humaine, qui souvent déserte la ville, et fouille les éléments primordiaux, terre, eau, feu, montagnes et océans, à la recherche d’un paroxysme du paysage.
Eric Chabrely sait être comme seul au monde. Ses voyages le mènent parfois au plus près, du Médoc à Saint-Emilion, ou en un lointain jamais vu, de l’Islande à Hawaï. Il en rapporte des photographies qui sont comme une montée silencieuse des choses, figées, arrêtées à un moment privilégié de leur être. Il arrive à faire poser quelque chose d’un monde primordial, de celui auquel nous n’avons pas directement accès, quelque chose qui est bien là mais que nous ne percevons pas. Qu’il s’approche au plus prés de fleurs, des sables, qu’il s’éloigne pour embrasser le panorama de montagnes islandaises il nous invite en une représentation inouïe qui nous laisse incrédule devant ces mondes pourtant familiers mais jamais vus.
Le regard concentré il force les cadrages, enserrant le strict nécessaire qui peut parfois référer à la peinture ou à la sculpture : des arrières plans de Léonard de Vinci qui se révèlent dans les paysages islandais, les Portes de l’Enfer de Rodin qui se suggèrent dans les laves d’un volcan à Hawaï. A moins que les vignes d’hiver ne dessinent de lignes noires affirmées, l’espace blanchi. Comme si le monde enfermait en lui-même toute une propension aux beaux-arts qu’il suffisait d’aller débusquer.

On pourrait dire qu’il peint, dessine, sculpte en photographe. Ce qui serait confirmé par ce petit jeu ou il invente des visages-masques intitulés « Portraits » en renversant à la verticale des paysages disposés côte à côte en symétrie, montrant ainsi « des Pays » comme on dit de ceux qui sont d’un ici.
Mais sans doute l’essentiel se tient il dans sa volonté d’outrer le réel, voire de le détrousser, le renverser pour aller y voir sous ses jupons, curieux de sa matérialité, ses mouvements, ses rythmes. Et si parfois à l’autre bout du monde il est dans la rencontre avec ce qu’on a appelé « le sublime », les formes extrêmes de la nature, il peut tout aussi bien se contenter de regarder la banalité même de la rosée ou des flaques d’huiles sur une plage.
Bien loin de toute volonté démonstrative ou spectaculaire c’est comme en une lente montée vers nos regards que la photographie s’affirme. Sensiblement débusqué le motif issu de ce monde, une fois impressionné, travaillé, vient nous solliciter dans nos catégories perceptives sur ce qui en lui peut toujours constituer de la beauté."

CLAIRE PARIES, artiste, 2015